Web et tendances

27.04.2016

Web et tendances
Nouvelles attentes et dernières technologies vous incitent à innover constamment. L'immobilier reste évolutif et très impacté notamment par les évolutions de modes de vie sociétales et environnementales. D’où l’appel à de nouvelles expertises et la recherche de procédés constructifs et solutions à même de répondre aux nouvelles attentes.

LE MIPIM a fait ressortir quatre grandes tendances dans l'habitat de demain :
- Flexibilité et modularité : demain, les espaces de logement seront modulables et flexibles : une salle de bain pourra se transformer en bureau, une cuisine en chambre à coucher (système d’équipements livrés en kit pour transformer un espace de vie à sa guise)
- Mutualisation et partage : des réflexions sont menées pour proposer dans un même immeuble (comme c’est le cas aux Etats-Unis) des espaces à partager pour réduire les coûts du m2 et optimiser l’espace : un lounge commun, le jardin, le parking (utilisation de jour par les employés d'une société environnante et de nuit par les habitants).
- Créer du lien : introduction dans les propositions immobilières d'un réseau de proximité (fil d'actualité sur Facebook, site d'échanges et d'entraide entre voisins, etc.)
- Financement alternatif (crowdfunding) qui pourrait concurrencer les investisseurs institutionnels d’ici 3 à 5 ans

Autres tendances pour le web immobilier :
- Les technologies s’améliorent : visites à 360 degrés, visites live à distance, vidéos en drone, plans 3D, casque de réalité augmentée en cours de démocratisation... une évolution à suivre de près !
- La révolution big data est en marche : identifier, dans une zone géographique donnée, les maisons qui ont le plus de chances de se vendre pour réduire leur champ de prospection et gagner un temps précieux. Ou à partir de données locales (points d’intérêts proches, taux de criminalité, évaluation de la qualité de l’air, etc.), les robots vous proposent un prix d’achat.
- Autre tendance déjà en place chez IMMOMIG SA: logiciel immobilier "full web", dématérialisation des documents ("Partage de fichiers", cloud), etc.
- Le développement des assistants virtuels, le machine learning, l'apparition des nouveaux indicateurs pour les clients, des études de marché en temps réel, le big data ou la multiplication des informations disponibles, etc.

Pour votre site Internet, mettez plus que jamais l'accent sur la recherche de rapidité, la facilité d’utilisation et l'expérience utilisateur sur mesure :
- Le storytelling : les internautes ne veulent plus visiter un site mais vivre une expérience avec écrans accrocheurs, l'état d'avancement de ce qu'ils sont en train de faire, des informations sur les changements, etc.
- Les typos qui font dire "wow" : nouvelle mode soutenue par Google qui vous réserve de nouvelles polices pour 2016… Oser sans agresser et notez que le contenu doit rester lisible !
- Le "material" design inspiré du flat design auquel s’ajoute des effets de profondeur par des jeux d’ombres et surbrillances pour un effet 3D garanti.
- La personnalisation : rendez votre site unique, mettez en scène vos produits et vos équipes. Les internautes ont besoin d’authenticité et d’humanité.
- L’agrégation : un site à l’image de votre société, c’est bien. Du contenu adapté à vos visiteurs en plus, c’est encore mieux ! Ainsi les publicités ciblées, les suggestions de pages ou de produits et autres services de personnalisation qui renforcent la notion d’exclusivité seront appréciés par les internautes.
- Les formes géométriques, que ce soit pour le site, les boutons ou encore les pictos
- Le site monopage : original, intuitif et ergonomique, il s’impose auprès des internautes et devient un incontournable.
- Le responsive web design, déjà recommandé en 2015 par IMMOMIG SA, il est indispensable.
- La simplicité pour rendre son site intuitif et accessible à tous. Il est inutile de laisser des éléments graphiques ou du contenu qui n’apportent rien de pertinent sur votre page web. Délivrez à l’internaute le bon message au bon moment.

En outre, n'oubliez pas de soigner la disposition des éléments, l'iconographie, la navigation. Rassurez constamment l'internaute en proposant un argumentaire et des indications qui répondent aux questions et aux craintes qu’il pourrait se poser. Pour obtenir des contacts, ou encore mieux pour augmenter le taux de contact, encore faut-il avoir des points de contact sur votre site, tels que vos coordonnées et des boutons de contact dans le footer, dans la liste d'objets ou sur chaque page détails de vos biens et sur la page contact, le numéro de tél. sur lequel il suffit de peser pour appeler (sur mobile), un bouton ou un formulaire pour s'inscrire à une alerte e-mail ou s'abonner à une newsletter, des fichiers à télécharger, un chat pour communiquer en temps réel avec l'internaute. Autant de points pour générer une action et augmenter le taux de transformation (il correspond au nombre de personnes qui vous ont contacté via votre site Internet par rapport au nombre de visiteurs totaux qui sont venus sur votre site - important pour assurer le ROI). Notez que la formulation (cliquez ici, laissez-nous votre numéro) et la mise en évidence d’un call to action favorisent le taux de réponse. Ces boutons doivent être visibles facilement et adaptés au mobile (taille du bouton et de la police). Leur couleur a clairement un impact. Bien entendu, ces points de contact doivent être cohérents et votre site doit faciliter un parcours utilisateur défini pour guider vos prospects. Pensez à vos cibles : acquéreurs, mandants, locataires et partenaires. Les besoins sont différents mais tous doivent accéder à l'information désirée rapidement. Astuce : votre menu principal doit clairement permettre à chaque cible d’accéder en 1 clic à la rubrique qui l’intéresse.

Abordons les tendances 2016 des médias sociaux :
- Vous le savez maintenant, il est indispensable d'être présent sur les réseaux sociaux et de les inclure dans une stratégie globale à l’entreprise. L'essor du Social Ad, notamment sur Facebook (il y a plus de pages Facebook Entreprise que de sites web dans le monde), s'est confirmé l'an passé. D'ailleurs, selon une récente étude, 70% des annonceurs ont augmenté leur budget publicitaire sur les médias sociaux en 2015. La publicité sociale est conçue de façon de cibler plus finement, à capter facilement le regard du consommateur et à offrir un tracking multi-device (ordinateur, tablette, Smartphone), ce qui rend l'utilisation de cookie obsolète. Cela permet aux sociétés de suivre la personne dans son expérience utilisateur.
- La vidéo domine les médias sociaux : avec l’essor du live streaming ou de la diffusion en direct sur mobile, on accède à une forme de communication plus dynamique et interactive. Facebook Live tout comme Periscope de Twitter permettent à chaque utilisateur de partager une vidéo en direct. Aujourd’hui, 8 milliards de vidéos sont visionnées sur Facebook chaque jour, la lecture automatique contribuant largement au nombre de visionnages. À noter que 50 % du trafic mobile est désormais issu de la vidéo. Tout porte à croire que les publicitaires exploiteront davantage le contenu généré par les utilisateurs que les publicités réalisées par des professionnels.
- Les influenceurs : selon une étude Nielsen, "92 % des consommateurs se fient avant tout au bouche-à-oreille et aux recommandations de leurs proches pour les guider dans leurs achats". Afin de rendre les campagnes efficaces, il convient d'associer directement l’influenceur à la campagne de la marque. 81 % des partenariats avec des leaders d’opinion ont été fructueux.
- Le social commerce : il permet d'acheter en un minimum de clics et depuis le média social. Aujourd’hui, Pinterest, Facebook, Instagram, Twitter ont tous un bouton "acheter". Depuis la page Entreprise Facebook, il est possible d'avoir un stock en temps réel et d'utiliser les données des profils pour remplir les bons de commandes.

Contact